Les opportunités de la recherche sémantique pour le référencement

La recherche sémantique est là pour rester.Un article récemment paru dans le Wall Street Journal a relancé le débat et la curiosité sur la recherche sémantique en rapportant que Google prévoit faire de grands changements dans ses résultats de recherche en y incorporant des résultats en provenance de la recherche sémantique.

Ces résultats seront un moyen pour Google de montrer qu’il comprend la signification de la recherche du chercheur et qu’il tente d’y répondre directement dans les résultats de recherche grâce à des réponses suggérées.

Les résultats de la recherche sémantique impacteront de 10 à 20 % des recherches

Le Wall Street Journal, citant une source anonyme, indique que ce changement pourrait avoir un impact sur 10 % à 20 % de l’ensemble des requêtes de recherche.

Ces technologies ne sont pas nouvelles, la nouveauté c’est que Google va les implanter de plus en plus dans ses résultats de recherches.

L’avantage pour le moteur étant évidemment de vous garder le plus longtemps sur place en interprétant votre question et en lui fournissant une réponse directement dans les résultats de recherches.

Vers un web d’entités

Pour se faire, Google pourra compter sur sa technologie et sur l’acquisition de Metaweb et de son index Freebase et son entity graph de près de 22 millions d’entités (en comparaison, Wikipédia en anglais comporte « seulement » 4 millions d’articles).

Il y a déjà un certain nombre d’exemples de Google utilisant la recherche sémantique, par exemple les fonctionnalités Recipe View, qui permettent à l’utilisateur d’affiner un résultat de recherche pour montrer, par exemple, des recettes de tartes aux pommes utilisant tel ou tel ingrédient, tel temps de cuisson, ou comportant un nombre précis de calories.

Comment profiter de la recherche sémantique pour le référencement ?

L’article du WSJ se réfère à la notion d’entités dans son article : 

« To provide answers that aren’t already in Google’s ever-expanding database, the company will blend new semantic-search technology with its current system to better recognize the value of information on websites and figure out which ones to show in search results. It would do so by examining a Web page and identifying information about specific entities referenced on it, rather than only look for keywords. »

Pour y parvenir les moteurs de recherche vont s’aider du balisage sémantique, comme celui proposé sur le site de Schema.org, et qui a pour but d’aider les moteurs de recherche à comprendre les types de contenu présents sur une page.

Shema.org

Google recommande d'utiliser le balisage de microdonnées disponible sur  Schema.org.

Google recommande d'utiliser le balisage de microdonnées disponible sur Schema.org.

Schema.org propose un vocabulaire de balisage sémantique (ou de données structurées), similaire à d’autres langages tels que RDFa et les microformats. Google recommande d’utiliser le balisage de microdonnées disponible sur Schema.org.

Ces changements affecteront-ils votre référencement et votre marketing web?

Le premier facteur à considérer sera l’impact sur les résultats de recherche organiques.

Il est probable que les résultats classiques seront poussés plus loin en bas de page, rendant plus difficile l’atteinte d’une visibilité organique pour votre site web dans les résultats organiques.

Pour les sites qui incorporent le commerce électronique, il est fortement suggéré de regarder du côté des initiatives que sont les données de produit sous la forme d’un balisage structuré disponible sur Shema.org, ou les formats compatibles comme ceux sous la forme des formats GoodRelations et RDFa.

Profiter de la visibilité accrue offerte par les extraits enrichis

Pour améliorer votre référencement web, soigner votre réputation en ligne ou profiter de la visibilité accrue dans les résultats de recherches, les extraits enrichis sont la solution.

Si vous êtes un marchand par exemple, il est donc conseillé de fournir à Google des informations détaillées sur vos produits.

Le moteur les utilisera ensuite pour afficher des extraits enrichis ou Rich Snippets, (prix, disponibilité, avis et notes, par exemple) sur ses pages de résultats de recherche.

Si Google interprète correctement le contenu de vos pages, il peut créer des extraits enrichis, c'est-à-dire des informations détaillées visant à aider les internautes lors de recherches spécifiques.

Si Google interprète correctement le contenu de vos pages, il peut créer des extraits enrichis, c'est-à-dire des informations détaillées visant à aider les internautes lors de recherches spécifiques.

Pour les sites de commerce électronique par exemple, il est possible d’annoter ses pages de produits et de spécifier la marque, le manufacturier, la disponibilité, le prix, etc.

Pour le moment, les extraits enrichis de produits apparaissent uniquement sur les pages de résultats de recherche aux États-Unis, mais ce n’est qu’une question de temps avant que ce type de données apparaissent au Canada et au Québec.

De toute évidence, votre objectif en tant qu’optimiseur doit maintenant être d’intégrer non seulement les résultats organiques traditionnels, mais aussi la nouvelle section des résultats sémantiques.

Selon certaines sources, les Rich Snippets peuvent augmenter votre taux de clic par autant que 20% ou 30%.

Google (et Bing) utilise les codes de balisage sémantique, comme celui utilisé dans Shema.org, pour identifier le type de contenu d’une page et fournir des données supplémentaires sur le contenu de celle-ci dans le résultat de la recherche.

Par exemple, Google dispose actuellement de plusieurs types de Rich Snippets qu’il montre dans ces résultats, y compris les commentaires, la musique, des événements, les recettes et plus encore.

Une couche d’information supplémentaire

Cette nouvelle mouture de Google, en plus de répondre à des questions simples comme la conversion de 100 dollars canadiens en dollars américains, ajoute une couche d’information aux résultats de recherches.

Freebase est une collection de données structurées et ouvertes, disponible sous licence Creative Commons et une plate-forme pour y accéder et en manipuler les données via une API.

Freebase est une collection de données structurées et ouvertes, disponible sous licence Creative Commons et une plate-forme pour y accéder et en manipuler les données via une API.

Plusieurs types de recherches verront s’ajouter cette couche d’information supplémentaire que Google sera en mesure d’extraire, par exemple, de Freebase, la base de données open source de la connaissance mondiale, qu’il a acquis en 2010.

Par exemple voici l’information structurée sur Apple inc.

Freebase contient des informations sur environ 20 millions de sujets ou entités. Chacune possède un ID unique, ce qui peut aider à distinguer plusieurs entités qui ont des noms similaires, tels que Henry Ford l’industriel Henry Ford vs le footballeur.

La plupart des  sujets sont associés à un ou plusieurs types, comme les personnes, les lieux, livres, films, etc., et peuvent avoir des propriétés supplémentaires, comme « la date de naissance » pour une personne ou la latitude et la longitude d’un lieu.

Ces types et les propriétés et les concepts qui leur sont associés sont appelés schéma.

Le web sémantique? C’est maintenant le temps de s’y mettre…

Comments

  1. Mohammed ALAMI says

    Je prends toujours un plaisir à lire tes posts car tu as l’avantage de savoir ce que le client veut et donc tu vas droit au but. Il est vrai que l’utilisation de Freebase est exposé au grand jour sans filet de sécurité contre le spaming, espérons que les référenceurs l’utiliseront à bon escient. Wikipedia a moins d’entités mais leur barrière à l’entrée leur permet de rester pertinent. Bon référencement sémantique avec le knowledge graph.

      • Mohammed ALAMI says

        Hey mon ami @orenoque:disqus seras-tu au SMX NY qui a lieu du 2 au 4 Octobre : I am going to SMX – Search Marketing Expo East 2012 in New York City! See you there! Je vais suivre le Local-Mobile-Semantic trac avec le workshop sur le référencement local.

        • says

          Ben, je travaille moi 😉 Malheureusement non. Je commence à donner de plus en plus de conférences par contre. C’est intéressant pour le développement des affaires.

      • Mohammed ALAMI says

        Hey mon ami @orenoque:disqus seras-tu au SMX NY qui a lieu du 2 au 4 Octobre : I am going to SMX – Search Marketing Expo East 2012 in New York City! See you there! Je vais suivre le Local-Mobile-Semantic trac avec le workshop sur le référencement local.

        • says

          Ben, je travaille moi 😉 Malheureusement non. Je commence à donner de plus en plus de conférences par contre. C’est intéressant pour le développement des affaires.