Pages jaunes et marchandisation du référencement, peut-on cloner l’expérience?

Un p'tit chausson avec ça ?En février 2010 Groupe Pages Jaunes nous apprenait qu’il lançait une nouvelle gamme de services : «Solutions moteurs de recherche ».

Marketing de recherche et référencement (SEM/SEO) feront désormais partie des produits offerts aux entreprises par les pages jaunes. Est-ce le début de la marchandisation du marketing web?

L’équipe de GPJ prévoit collaborer avec les annonceurs, nouveaux ou existants, pour élaborer des campagnes de publicité par mots-clés et gérera ces campagnes et les mots clés sur plusieurs moteurs de recherche, dont Google, Yahoo! et Bing.

Selon GPJ, les solutions SEO (Solutions d’optimisation pour moteurs de recherche) de GPJ permettront de s’assurer que les annonceurs choisissent les expressions de recherche les plus économiques pour leurs activités dans le but d’améliorer le classement de leur site Web et, en fin de compte, d’attirer de nouveaux clients jusqu’à leur porte.

Le service de référencement des pages jaunes, un produit alléchant?

Sur papier le service Solutions moteurs de recherche de GPJ semble intéressant et déclare vouloir offrir aux annonceurs le bénéfice d’une page web personnalisée dotée de cartes interactives, d’itinéraires et d’une option « Envoyer à un ami ». Les entreprises auront en outre la possibilité d’effectuer le suivi des appels pour les aider à mesurer le nombre d’appels générés par des opportunités d’affaires provenant de GPJ.

Un autre élément clé du produit Solutions moteurs de recherche est le rapport mensuel détaillé que les annonceurs recevront pour les aider à optimiser leur visibilité en ligne et à augmenter le trafic vers leurs pages Web. Reste à connaître quels tarifs seront pratiqués pour les services de référencement des pages jaunes. Seront-ils aussi élevés que ceux en vigueur pour les produits papier et web présentement disponibles?

Le début de la marchandisation du marketing web?

Les pages jaunes se lancent donc dans les services web de référencement et de marketing de recherche. Est-ce que l’on peut réellement transformer le référencement (SEO) en un produit de base?

Le danger là-dedans c’est qu’un produit devient essentiellement un produit de base lorsque les clients ne voient que peu ou pas de différence de valeur entre les marques ou les versions de ce produit.

Voyons ce que Wikipedia nous dit sur la marchandisation (commoditization):

While in economic terms, commoditization is closely related to and often follows from the stage when a market changes from one of monopolistic competition to one of perfect competition, a product essentially becomes a commodity when customers perceive little or no value difference between brands or versions.

Commoditization can be the desired outcome of an entity in the market, or it can be an unintentional outcome that no party actively sought to achieve.

Consumers can benefit from commoditization, since perfect competition usually leads to lower prices. Branded producers often suffer under commoditization, since the value of the brand (and ability to command price premiums) can be weakened..

La banalisation des services de marketing web entrainera la disparition des petits fournisseurs

Si les services de marketing web tendent à se banaliser, les consommateurs risquent de ne plus voir de différences entre les différents fournisseurs.

La conclusion est simple pour les fournisseurs de solutions de marketing web qui voudront se positionner face à l’offre des pages jaunes : il vous faut éviter à tout prix de banaliser vos services sinon vous vous ferez aspirer par le bas, les prix baisseront, et vous risquerez de vous faire manger tout rond.

Si vous vendez des forfaits de référencement à prix fixe, banalisant le service et le transformant en un produit de base en le nivelant par le bas vous ne pourrez résister à la concurrence, aux tarifs et aux prix pratiqués par les pages jaunes. Vous allez disparaître. C’est aussi un des thèmes chers à Aaron Wall de SeoBook et dont il traite dans un article, pas très récent, intitulé Selling Commodity Services : Controlling Cost vs Adding Value

Que penser de la qualité éventuelle des services de référencement offert par les pages jaunes?

Nous pouvons nous poser la question à savoir quel type de service de référencement un employé novice récemment formé par les pages jaunes pourra offrir à son client. Et à quel prix? Quels seront les tarifs pratiqués?

Allons-nous avoir droit à des conseils de base du genre : mettez vos mots-clés dans vos titres et vos balises <h1>, soignez vos meta-descriptions, mettez des <alt> à vos images, etc.?

Comment pouvons croire que l’on réussira à «automatiser» ce qui relève plus d’un art que d’une science? Quelle sera la réelle valeur de ces quelques conseils lorsque l’on connait toute la complexité possible et l’éventail infini des cas de figure qui peuvent se présenter?

Ce qui me rassure (quoique je ne sois pas très inquiet) c’est la pauvreté des sites des pages jaunes (désolé YPG) quant au respect du b.a. ba du seo. Sans parler des fautes d’ortografe et de français.

<meta name="description" content="Groupe Pages Jaunes Introduis nos solutions pour moteurs de recherche." />

Quoique… À bien y penser… Ils ont beaucoup de meta keywords, ça va peut-être fonctionner! Ils vont sûrement conseiller ça à leurs clients. Les méta, c’est le top! Le mot-clé « en-ligne » : c’est bon ça !

<meta name="keywords" content="SEO, SEM, Canada, Groupe, Pages,  Jaunes, Montreal, Google, Yahoo, Msn, Payer, Advertising, en-ligne,  Annonce, Solutions" />

Peut-on transformer l’expérience en marchandise?

Tout peut se transformer en marchandise sauf l’expérience justement. Ouf!

Du côté de la recherche et du référencement, nous assistons depuis quelque temps à la mise en place de la part de Google de la recherche personnalisée. Voyons voir comment cette recherche personnalisée permet à Google de se différencier et d’éviter de se voir positionné comme une marchandise qui pourrait être remplacée par une autre (un Bing par exemple)?

Il semble que lorsque l’on présente les résultats de recherche de Google, de Bing et de Yahoo côte à côte, la plupart des gens voient peu de différences entre les résultats des 3 moteurs. Comment se différencier? Justement en personnalisant les résultats.

C’est ce que fait Google. Comme l’explique Michael Gray dans un post intitulé How TED Helped Me Understand Personalized Search.

Things like personalized search and google’s search wiki (which I am also not a fan of), represent Google’s point of differentiation or POD. There have been numerous tests that show with blind testing people don’t feel google’s results are significantly better. If that’s the case why does google have such a large market share compared to the other search engines? Google’s brand has a stronger level of trust in the consumers mind, and one of the things you do to build a brand is cultivate and nurture a POD. Building a POD should be something everyone understands and is doing, even if you are just an affiliate marketer.

Quelle leçon pouvons-nous tirer de l’exemple de Google?

Comme Google, vous devez donc vous aussi vous différencier et réfléchir à ce qui constitue votre valeur propre. Que pouvez-vous offrir à vos clients qu’un produit comme celui proposé par les pages jaunes ne pourra jamais reproduire, schématiser, décortiquer, banaliser et produire à la chaîne? Quel est votre point de différentiation? Qu’est-ce qui vous caractérise et ne peut être reproduit et cloné?

Peut-on cloner Orénoque interactif?

Même si des fois je rêve de pouvoir me faire cloner (avec quelques améliorations cosmétiques et trente ans de moins), c’est justement cette différence qui représente notre proposition unique.

Lorsque vous faites affaire avec nous (avec moi), vous faites affaire avec deux choses non reproductibles, ni en partie, ni dans leur tout :

  • L’expérience
    • On ne peut reproduire, cloner ou breveter l’expérience. L’expérience, et bien… c’est l’expérience. Si on n’en a pas, il faut être patient et l’acquérir.
    • Lorsque l’on en a, elle n’a pas de prix, justement parce que rien ne la remplace et qu’elle ne s’achète pas.
  • La personnalisation
    • Avec une boîte comme les pages jaunes, vous serez un numéro et resterez un numéro. On vous demandera votre code client, votre numéro de téléphone et vous serez chanceux si vous connaissez votre représentant.
    • Avec Orénoque, vous ferez affaire directement avec bibi. Et cela non plus ça n’a pas de prix (sans fausse modestie). C’est la décision que nous avons prise de garder un contact individuel avec chaque client. Chez nous vous ferez affaire directement avec moi, je n’aurai pas d’objectif trimestriel ou de quota à remplir, je ne vous vendrai pas ma salade, je serai franc et honnête avec vous, je vous appellerai par votre nom. Et vous connaitrez le mien : Louis Durocher, pour vous servir.

MISE À JOUR:

Il semble que même WallMart offre des produits de marketing de recherche.(Merci à @Skillfull a.k.a. Rafale Média)

Crédit photo : http://www.flickr.com/photos/brianwallace/344770704/