Référencement, 4 raisons qui font que vos jeans sont trop serrés

You can't sit down right 'cause your jeans are too tight Les paroles d’une des chansons de la chanteuse britannique Amy Winehouse (R.I.P. Amy) mentionnent: « You can’t sit down rightcause your jeans are too tight. »

Cher Monsieur le client, chère Mme la cliente, vous qui voulez un bon référencement et qui voulez vous positionner dans les premières places sur Google, c’est un peu ce qui se passe avec vous. Je m’explique…

Dans le mot référencement, le mot important est référence. Dans le mot Search Engine Marketing, le mot important est Marketing. Dans l’expression stratégie de visibilité web, le mot important est stratégie.

Certaines sociétés clientes ont le nez si collé aux détails minutieux de leurs sites d’entreprise qu’elles en oublient la vision d’ensemble.

Vos jeans sont trop serrés, il vous est impossible de bouger.

La lenteur de la chaine hiérarchique corporative, l’inertie propre aux grandes organisations, la peur de faire des erreurs, le fait que chaque changement de virgule doive être approuvé par un comité composé de représentants de différents départements (technologies de l’information, marketing, affaires électroniques, etc.) font qu’au bout du compte aucune décision significative ne se prend. Ou si lentement.

Dans le contexte du référencement d’un site, il est très difficile d’aller au-delà de l’optimisation on-site, de l’optimisation de base. Maintenant que votre site est optimisé, il vous faudra vous convaincre de travailler sur ce qui constitue 85% des critères de positionnement de Google et des autres moteurs : les facteurs off-page. Cf. : http://www.seomoz.org/article/search-ranking-factors

À ce sujet, et même si vous fabriquez des boutons à quatre trous, il va falloir que vous vous aidiez un peu.

Mitch Joel déclarait dans The Gazette: Brands have to become publishers of online content.

Becoming a publisher of content online is what the digital channels are really all about. Brands still get caught up in the functionality and minutiae of what their website is. All of those shiny bells and whistles won’t amount to anything if you’re not constantly and consistently publishing content (which can be done in text, images, audio, video or any combination of those formats) that adds value to the consumer’s life..

Et j’ajouterais : « that adds value in the eyes of the Search Engines. »

Le même concept s’applique au niveau de la visibilité dans les moteurs de recherche. Devenir producteur de contenus, vous attirera l’attention des internautes, vous apportera des liens entrants, attirera l’attention des moteurs, etc.

Le temps des sites web de type « brochure statique » est révolu. Vous n’aurez aucun succès avec ça. Le temps des sites web statiques présentant vos produits et services avec la rhétorique ronflante habituelle est dépassé.

Êtes-vous prêts à le comprendre, à l’entendre, et à faire le nécessaire?

4 raisons qui font que vos jeans sont trop serrés

.1.

Votre design est trop cute.

Votre site web est tellement cute, tellement beau. Tout est calculé au pixel près. Malheureusement, cette merveille de précision horlogère vous empêche de bouger, d’être réactif, de publier du contenu. Votre design de page est fait pour contenir 450 caractères, pas un de plus. Vous manquez de souplesse. Résultat : votre contenu n’a guère changé depuis 6 mois. Comment allez-vous attirer l’attention?

.2.

Votre contenu est le même que celui de vos compétiteurs.

Peut-être êtes-vous pris dans le jargon corporatif de votre industrie? Répétez-vous la même ronflante rhétorique que tous vos compétiteurs : « À propos de nous, nos services, nous rejoindre »? Que faites-vous pour innover? Quels efforts avez-vous faits envers le link building? Avez-vous seulement du contenu, du contenu innovant, original, unique, drôle, séduisant? Du contenu qui apporte quelque chose à vos clients potentiels?

Ou pire, peut-être n’avez-vous pas de contenu? Ou bien, comme ont dit dans la langue de Shakespeare, peut-être est-ce que « Your content sucks »?

  • Avez-vous une stratégie de contenus?
    • Avez-vous un blogue?
    • Publiez-vous de façon régulière?
    • Avez-vous une stratégie envers l’optimisation de vos relations de presse?
    • Êtes-vous sur Twitter?
    • Êtes-vous sur Facebook?
    • Êtes-vous dans les autres réseaux sociaux?
    • Êtes-vous sur Wikipedia?
    • Avez-vous une stratégie de widget, de concours?
    • Publiez-vous des guides, des vidéos?
    • Êtes-vous sur Google Local Business?
    • Avez-vous contacté vos fournisseurs, vos compagnies affiliées pour établir une stratégie de liens entrants?
    • Publiez-vous des études, des statistiques, des données, des sondages, etc. qui feraient parler de vous?
    • Avez-vous une stratégie envers la presse?
    • Envers les blogueurs de votre domaine?
    • Surveillez-vous votre réputation en ligne?
    • Avez-vous quelqu’un à temps plein sur la recherche de liens et l’inscription dans des répertoires, annuaires, portails gouvernementaux, etc.
    • Etc.

.3.

Vous êtes obsédés par la longueur de vos balises titre et par la densité de vos mots-clés.

Vous devez délaisser une approche trop mécaniste/mécanique du référencement. Personne, pas même Google ne connait la recette exacte de la sauce du référencement. Le succès du référencement ne tient pas dans la formule exacte du nombre de mots-clés à employer, mais dans l’acquisition d’autorité et ultimement de la confiance des moteurs.

Aujourd’hui, le référencement est autrement plus complexe qu’il ne pouvait l’être il y a cinq ans. Recherche en temps réel, recherche universelle, recherche locale, recherche mobile, recherche personnalisée, recherche sociale… les signaux sont multiples, les portes d’entrée également.

Votre préoccupation première devrait être de devenir une source de contenus pertinents, un « hub », et non de polir le sacrosaint écrin de votre image de marque.

.4.

Vous ne comprenez pas que publier du contenu va vous rapporter.

Comme vous vous concevez comme un fabricant de boutons à quatre trous, vous vous dites : nous ne sommes pas des éditeurs de contenu. Notre mission est de vendre des boutons à quatre trous. Pourquoi devrions-nous publier une histoire du bouton à quatre trous?

Je vais vous dire un secret : Google n’est pas si intéressé que ça à vous positionner dans les recherches, car il vous considère comme un vulgaire marchand de boutons à quatre trous. En fait, Google cherche de plus en plus à se positionner lui-même comme une destination intermédiaire entre votre contenu et vos clients. Son intérêt réel est de vendre de la publicité, pas de vous faire plaisir en vous positionnant. Plus il vous éloigne de quelques clics de vos clients, plus il peut servir des publicités. Quitte à devenir lui-même la destination finale et à vous court-circuiter.

Votre solution passe par la publication de contenus. Posez-vous la question : vaut-il mieux payer 40 000 $ pour créer des contenus pertinents, uniques, et qui vous créeront un capital de sympathie (et de liens entrants) ou bien payer 40 000 $ chaque année à Google pour acheter les mots clés qui vous positionneront?

Une quantité incroyable de nouveaux contenus se créent chaque jour sur le web. Si vous ne créez pas de contenus vous-mêmes comment espérez-vous que les moteurs de recherche, ou les internautes vous porteront une quelconque attention? L’optimisation minutieuse des pages de votre site ne sera pas suffisante.

Cher Monsieur le client, chère Madame la cliente, vos jeans sont trop serrés. Détachez un bouton.