Signaux sociaux et référencement. La preuve est dans le pudding.

Les signaux sociaux affectent-ils le référencement?Si vous avez un site Web, vous savez combien se classer dans les résultats des moteurs de recherche est important pour vous et vous savez aussi combien ce peut être difficile.

Obtenir de positionner son site sur la première page de Google peut signifier revenus supplémentaires, afflux de nouveaux clients, et succès en affaires.

Cependant le référencement internet de votre site c’est beaucoup plus que simplement l’optimisation de votre site Web pour certains mots clés.

Peut-être est-il temps de regarder comment une stratégie envers les médias sociaux peut travailler en synergie avec vos efforts de référencement.

Google confirme utiliser les données en provenance des réseaux sociaux dans son algorithme

Même Matt Cutts, de Google le disait au PubCon 2010:

Don’t look at us where we are today, but look at the direction we are moving and what we are focusing on, the big five are the mobile web, local search, social, blended results in the search engine results and HTML5.

Matt Cutts, responsable de l’équipe Google Webspam, confirme, sur le canal YouTube de Google Webmaster Central, que Google utilise effectivement certains sociaux pour le positionnement des sites sur son moteur de recherches.

La promotion dans les médias sociaux recommandée par Google?

Dans son guide sur l’optimisation des sites web, Google va jusqu’à recommander de se tourner vers les médias sociaux pour améliorer la visibilité de son site.

Informez-vous sur les sites de médias sociaux

Dans son guide de démarrage sur l’optimisation pour les moteurs de recherche Google déclare : « Les sites construits autour de l’interaction et du partage des utilisateurs ont permis de proposer du contenu approprié aux groupes d’utilisateurs intéressés par un certain thème. »

Les signaux sociaux sont-ils le nouveau PageRank?

L’objectif principal de Google est maintenant d’éliminer le Spam, comme le démontre les deux derniers changements à son algorithme: une pénalité pour la « suroptimisation » des sites, et la mise à jour «Penguin» qui pénalise le spam.

Le fait que Google considère maintenant les signaux en provenance des médias sociaux et que ceux-ci affectent désormais votre référencement ne veut pas dire que ces signaux soient soudainement devenus l’élément le plus important du classement.

Pour le moment, l’impact des signaux en provenance des médias sociaux est plutôt minime.

Dans un article récent du Blogue d’Orénoque, Google, l’algorithme Panda, le Spam et le Saint-Graal, je m’attardais à décrire les critères utilisés par les moteurs pour évaluer le poids relatif des signaux sociaux:

Ci-dessous, vous trouverez une liste de facteurs qui sont les plus susceptibles d’affecter l’autorité et la confiance des liens de médias sociaux.

Ces facteurs ne sont pas officiellement confirmés ou reconnus comme tels par les moteurs de recherche, mais la plupart d’entre eux sont déjà utilisés par plusieurs services web et outils qui permettent d’évaluer la popularité des profils de médias sociaux, comme le Klout Score par exemple.

  • Le nombre de Followers sur Twitter
  • Le nombre de fans sur une page Facebook
  • Le nombre de tweets & RTs sur Twitter
  • Le nombre de Partages & Aime sur Facebook
  • Le ratio entre les abonnements et abonnés
  • L’autorité des gens qui vous suivent
  • L’autorité des gens qui partagent votre contenu
  • La qualité moyenne de vos messages précédemment partagés
  • Le nombre de mentions uniques / partages (similaire à la diversité des liens)
  • La source des liens que vous partagez

Outre leur influence éventuelle sur les résultats de recherches, les signaux en provenance de Twitter ou Facebook pourraient aider les moteurs à plusieurs points de vue. Par exemple pour :

  • Déterminer la « fraîcheur » d’une publication. Les médias sociaux pourraient être très utiles aux moteurs pour déterminer quelles publications sont susceptibles d’activer des algorithmes de type QDF (Query Deserves Freshness) que Google a confirmé utiliser. Cet algorithme détermine quels sujets sont « hot ».
  • Savoir si une page est toujours utile/valide/mise à jour
  • Découvrir quelles sont les tendances de l’heure
  • Savoir quels termes sont liés à une publication particulière. Ils sont susceptibles d’utiliser les mots-clés et les balises de hachage qui peuvent être trouvées dans les contenus des messages partagés.
  • Déterminer le thème ou le domaine d’expertise d’un auteur. Les utilisateurs qui ont tendance à envoyer des messages de haute qualité sur un sujet particulier sont susceptibles d’être considérés comme des experts.

La théorie c’est bien beau, mais qu’en est-il vraiment?

Deux études récentes viennent jeter un peu de lumière sur la question, alimenter le débat et répondre à la question qui intéresse tout le monde : Is The Proof In The Pudding ?

Étude No1:

Tout d’abord l’étude de Branded3 sur l’influence de Twitter, indique voir une corrélation entre la quantité de tweets sur une URL, et son classement Google.

Toujours d’après l’étude:
  • Cette étude montre que les URL vont recevoir un coup de pouce significatif dans les classements de Google quand ils sont partagés sur Twitter.
  • Les effets bénéfiques sur le référencement semblent se stabiliser à environ 50 tweets, et le bénéfice qui découle de gagner des tweets supplémentaires est minime jusqu’à près de 5000 tweets.
  • Après 5000 tweets le classement moyen des URL s’améliore considérablement.
  • Une URL qui reçoit plus de 7500 tweets se classe presque toujours à l’intérieur des 5 premiers résultats.
  • Le classement moyen est en forte corrélation du nombre de tweets reçu par chaque URL.
Les Tweets influencent le référencement ?

L’étude « révolutionnaire » de Branded 3 prouverait que les tweets affectent le positionnement dans les moteurs de recherches.

Étude No2:

Pour savoir si les médias sociaux peuvent aider (ou nuire) à votre visibilité web – les gens de TastyPlacement ont fait récemment un petit test pour voir comment Google +, Facebook et Twitter influencent réellement les résultats de recherche.

TastyPlacement a créé six sites Internet basés dans six villes américaines de taille similaire.

Ils les ont laissés « être » pendant dix mois, puis ont commencé à tester les différents réseaux sociaux pour chaque site, en se concentrant sur les points suivants pour les sites 1 à 5:

  • Abonnés sur Twitter
  • Tweets et Retweets
  • Partages et Like Facebook
  • Nombre de Followers sur la page d’affaires Google+ du site
  • Votes Google +1 à la page d’accueil du site

Le sixième site a été laissé tel quel pour un test de contrôle.

TastyPlacement a ensuite promu ces sites Web, en utilisant le réseau social choisi, pendant un mois, et a ensuite mesuré la façon dont le classement de chaque site dans le moteur de recherche avait changé pour un ensemble de mots-clés.

Alors, comment les médias sociaux ont-ils influencé les résultats de recherche?

Dans l’ensemble, les classements de recherche des sites Web ont évolué entre une baisse de 1,22 % et une hausse de 14,63 %.

Cela semble démontrer que les médias sociaux affectent les résultats de recherche.

  • Le travail avec les propriétés de Google (Google+ et Google +1) a donné les meilleurs résultats, et de loin (bienvenue aux théories du complot).
  • Le site qui a été lié à une page d’affaires Google+ a connu la plus forte hausse de positionnement: 14,63 %, tandis que le site qui a eu bénéficié des effets du bouton Google +1 a progressé de 9.44 %.
  • En ce qui concerne Twitter les résultats sont plus modestes, Tweets et Retweets ont seulement réussi à faire progresser le site Web de 2,88 % dans les résultats de recherche de Google, tandis que l’acquisition de 1000 abonnés supplémentaires sur Twitter a entraîné les positions d’un autre site à chuter de 1,22 %.

Vous pouvez jeter un oeil à l’étude de cas complète dans l’infographie ci-dessous:


Infographic: Testing Social Signals
Infographie par TastyPlacement, a web design and SEO company, l’infographie originale: Social Media Infographic.